Essais auto | Porsche | Porsche Panamera | Photos Porsche Panamera
2009-

Porsche Panamera

de l'adrénaline pour 4

4 portes, 4 places, Porsche élargit sa gamme en permettant à une famille de partager le bonheur de rouler dans une marque mythique en toute convivialité sans rogner sur la sportivité. Il est vrai qu'avec un V8 de 4,8 litres sortant 400 ch, ou même 500 ch avec la version turbo pour dépasser le 300 km/h, il y a de quoi faire monter l'adrénaline après avoir signé sans regret un chèque de base de près de 100.000 €...sans aucune très nombreuses options.
Philippe LACROIX, le 15 septembre 2009

Porsche Panamera
Des étriers de freins jaunes pour les disques en carbone

Le Mont Ventoux – La gageure pour Porsche était de sortir de son créneau exclusif de coupé sportif et son intrusion dans le monde du 4x4 avec le Cayenne, parfaitement réussie, a incité le constructeur allemand à élargir son champ d'action en ciblant cette fois la berline de luxe de très haut de gamme. Mais toujours avec une mécanique bien pimentée. Pari tenté et pari réussi avec la Panamera qui dès sa sortie devient la nouvelle référence du segment des voitures qui conjugue grand tourisme et sportivité extrême. La voir, la conduire ou plutôt la piloter entraine la conviction immédiate que son succès est d'ores et déjà assuré. Succès de curiosité, la Panamera inspire le respect et une admiration sans borne avant même que la sonorité rauque et envoutante de son échappement ne se fasse entendre.

 

4,97 m de technologie Porsche

Porsche Panamera
Des hanches larges, l'ADN de la famille

Extérieurement, les designers ont respecté le style Porsche, cela ne pouvait en être autrement, avec un capot plongeant entre les ailes recevant des blocs optiques en forme de goutte d'eau et des ailes arrière rebondies. Tout en rondeur, la Panamera est évidemment une deux volumes avec un hayon très incliné, mais pour autant l'ensemble ne manque pas de virilité. Il est vrai que sa large calandre en trois parties, ses pneus très larges montés sur de jantes de 19 pouces et deux doubles sorties d'échappement lui confèrent une allure musclée.

Longue de 4,97 m, large de 1,93 m et haute de seulement 1,42 m, la Panamera ne se montre pas pour autant trop imposante grâce à l'équilibre et la fluidité de ses lignes. Cependant, l'espace dans l'habitacle, tout habillé de cuir, les couleurs claires lui allant mieux que les sombres, est remarquable en pouvant accueillir très confortablement quatre passagers de grande taille dans des sièges enveloppant.

Un habitacle très bien conçu

Porsche Panamera
Un poste de conduite si bien construit

Le tableau de bord est parfaitement fonctionnel avec des cadrans ronds, au nombre de cinq, bien en face des yeux du conducteur, tandis que la console centrale reçoit dans sa partie haute l'écran multifonctions avec GPS, surplombant toute une batterie de commandes selon l'esprit Porsche qui veut que chaque fonction ait son basculeur, et se prolonge jusqu'entre les deux sièges arrière. Le coffre est à la hauteur des besoins d'une petite famille avec un volume de 445 litres et en rabattant les dossiers arrière, la contenance passe à 1.250 litres, en notant un accès aisé et un hayon à ouverture électrique, mais en option. Et les options sont très nombreuses, un peu trop, même si elles permettent une personnalisation de sa Panamera en plus d'un choix entre ambiance bois, carbone ou aluminium. Ainsi, la climatisation automatique est de série, mais la ventilation individuelle aux places arrière fait partie des options comme le réglage électrique avec mémoire des quatre sièges et de la colonne de direction, les sièges chauffants, le régulateur adaptatif, le volant multifonctions et chauffant, le compartiment réfrigéré, les rideaux pare-soleil électriques pour les vitres latérales arrière, le couvre-bagages rigide, des systèmes audio plus ou moins élaborés jusqu'à 4.772 €, les phares directionnels, le toit ouvrant en verre électrique...

400 ch ou 500 ch

Porsche Panamera
Des places arrière généreuse

Sous son capot avant, la Panamera offre le choix entre deux puissances du moteur V8 à 90° de 4,8 litres de cylindrée, 400 ch en version atmosphérique et 500 ch coiffé d'un turbo, de quoi dépasser le 280 km/h pour l'un et le 300 km/h pour l'autre, pas sur circuit parce qu'une telle voiture n'a rien à y faire, mais sur les autoroutes allemandes. Pas non plus sur les autoroutes françaises pour éviter de ridiculiser les Subaru de la police ou de provoquer leurs accidents. La Panamera Turbo reçoit une transmission intégrale, tandis que la Panamera atmosphérique est soit une propulsion pour la S, soit une intégrale pour la 4S. En transmission intégrale, le moteur de la Panamera est accouplé à une boîte automatique séquentielle à 7 rapports et double embrayage de série (PDK). Elle est en option à 3.500 € sur la S qui utilise sinon une boîte mécanique à 6 rapports. Avec la PDK, la Panamera bénéficie du système Stop-Start, déconnectable pour ceux qui aiment bien le son du V8 au ralenti et se moquent de la consommation annoncée en moyenne entre 10,8 et 12,2 litres selon les versions. Il n'est pas interdit de toujours croire au Père-Noël.

Démarrage au Launch control

Porsche Panamera
Un hayon dégageant un grand coffre de 445 litres

Si au volant de la Panamera, on apprécie d'abord l'environnement, son luxe fonctionnel autant que raffiné, grâce notamment à l'addition de toutes les options de la voiture d'essai, on est ensuite pris par l'envoutement dès que l'on tourne la clé de contact située à gauche du volant, tradition oblige, de la mélodie rauque, un peu sauvage, du V8. Un bel avertissement de ce qui peut se passer et une Porsche ne déçoit jamais. C'est évidemment la cas de la Panamera, capable de démarrer en douceur ou comme un boulet de canon de façon impeccable en actionnant le launch control histoire de se croire au départ d'un Grand Prix de F1. Et ça fait le 0 à 100 km/h en 4'' avec la Turbo, un début de promenade plutôt brutal. Mais personne n'est obligé d'en user et d'en abuser. Cependant, la réaction de la Panamera Turbo reste vive à cause justement du turbo qui envoie d'un coup les chevaux quand on enfonce l'accélérateur pour doubler par exemple et que automatiquement la boîte descend deux ou trois rapports. Pour cette raison, la version atmosphérique est plus civilisée et plus agréable surtout pour les passagers et tant pis pour les dixième perdus qui n'enlèvent rien à la prestation de la voiture.

Le plein d'options

Porsche Panamera
Un aileron actif sous la vitre du hayon

Tenue de route impeccable, freinage surpuissant notamment avec les disques ajourés en céramique renforcée de fibres de carbone pour 8.000 € en option et direction directe et précise offrent au propriétaire de la Panamera un sentiment de sécurité infini. Et de plus le confort se révèle de très bon niveau grâce à un bon compromis des suspensions des trains roulants surtout encore une fois quand l'option suspension pneumatique adaptative (surbaissé -25 mm et réglage plus ferme mode sport ou +20 mm pour monter sur les trottoirs) à 1.960 € est choisie accompagnée de l'option système de stabilisation active avec différentiel arrière à glissement limité piloté électroniquement à 4.365 €. De toute façon, la critique est difficile et il faudrait la malmener sur un circuit pour en savoir plus, mais au bout du compte pour rouler à 90 ou 130, ce genre de tests apparaît bien superflu et on retiendra le formidable équilibre de la Panamera qui ne pèse pas plus de 1.770 kg. 90 km/h, c'est justement la vitesse requise pour la sortie de l'aileron arrière qui prend différents angles de braquage en fonction de la vitesse...à 160 et 205 km/h...même sur la version Française?

Plus d'infos sur Porsche Panamera

accueil  |   les annonces  |   actualitÉs  |   services  |   espace pro  |   contact  |   flux rss
Qui sommes nous?