Essais auto | Seat | Seat Ibiza Cupra | Photos Seat Ibiza Cupra Bocanegra
2009-

SEAT Ibiza Bocanegra

elle avance masquée

Selon la tradition, SEAT complète la gamme de sa nouvelle Ibiza avec les versions sportives FR et Cupra déclinée également en série limitée Bocanegra, un remarquable exercice de style portant essentiellement sur un masque noir satiné de la face avant. Uniquement servis par une boîte DSG à 7 rapports, les 150 ch de l'une et les 180 ch de l'autre ne sont pas exploités au mieux, notamment concernant la Cupra qui perd du tonus à haute vitesse. Les prix de 19.990 € pour la FR et de 23.135 € pour la Cupra sont en rapport avec les prestations fournies.
Philippe LACROIX, le 15 juillet 2009

SEAT Ibiza Bocanegra
Le voile noir lui va bien

Barcelone – SEAT qui s'est imposé comme la marque sportive du groupe Volkswagen, et qui peut se glorifier de détenir le titre de champion du monde des voitures de tourisme, poursuit logiquement le développement de la gamme de sa nouvelle Ibiza avec les versions traditionnellement sportives FR et Cupra, cette dernière ayant un tempérament carrément explosif proche d'une voiture destinée à la compétition.

Extérieurement, leurs aspects se différencient quelque peu avec une face avant plus agressive pour la Cupra marquée par une calandre en nid d'abeille plus imposante, tandis qu'à l'arrière la FR présente une double sortie d'échappement, alors que la Cupra s'offre une grosse sortie centrale trapézoïdale. Cependant, au niveau des roues, elles bénéficient des mêmes pneus de 215 de large montés sur des jantes en alliage de 17 pouces qui contribuent à donner à ces Ibiza une allure racée.

Un bel exercice de style

SEAT Ibiza Bocanegra
Une grosse sortie d'échappement

En revanche, dans leur tenue Bocanegra bordeaux métal ou blanche, exclusivement 3 portes, FR et Cupra montrent un même museau avec un masque noir laqué qui habille le milieu de la jupe avant tout en soulignant les groupes optiques aux coques sombres. Un grand toit entre-baillant en verre opaque complète l'allure unique de la Bocanegra. Un bel exercice de style qui démontre que SEAT accorde une importance majeure au design.

Au volant de la Cupra comme de la FR, on se trouve bien calé dans des sièges aux épaulements prononcés et les réglages en hauteur et profondeur de la colonne de direction et du siège conducteur offrent une position de conduite parfaite tandis que l'instrumentation se révèle bien lisible avec des commandes à bonne portée de mains. Dommage que les palettes au volant de la commande des vitesses soient solidaires de celui-ci, car en conduite sportive, on ne sait jamais où elles sont, ce qui devient un véritable handicap.

Une boîte DSG aux rapports bien trop longs

SEAT Ibiza Bocanegra
Ambiance sportive dans l'habitacle

Dès le démarrage, on constate que les chevaux sont bien là, et le 1,4 litre à double suralimentation ronronne bien, mais on est vite désappointé en constatant que les rapports sont désespérément longs. Du coup sur la 5ème, la Cupra a du mal à grimper à 7.100 tr/mn, régime critique pour le passage automatique des rapports en mode manuel. Et l'aiguille du compteur marque 215 km/h. Autrement dit, les deux derniers rapports ne servent qu'à descendre dans les tours pour un régime de croisière économisant carburant et CO2. Mais l'esprit Cupra est bien entamé, d'autant que la boîte DSG à double embrayage n'est pas exempte de tout reproche, montrant une lenteur inhabituelle et des passages de rapports non souhaitables, ce qui est impropre à une conduite sportive. Incontestablement, une boîte mécanique à 6 rapports bien étagés aurait été préférable, bien sûr au détriment des émissions de CO2...et alors?

Evidemment, la FR souffre du même problème, mais elle est censée offrir un comportement moins pointu et au bout du compte, elle se révèle plus homogène et un peu plus confortable grâce à une suspension légèrement plus souple.

Quelques défauts à corriger

SEAT Ibiza Bocanegra
Un freinage puissant mais capricieux

Sur la route, on s'amuse bien à condition de se rappeler le léger caractère sous-vireur du train avant corrigé in extrémis par le contrôle de trajectoire, une ESP d'ailleurs déconnectable. Quant au freinage, en général efficace, il a été parfois surprenant par quelques brèves absences, peut-être dues à un capteur capricieux, bien que la voiture essayée disposait de l'option « frein racing ».

Pas mal de critiques donc sur cette nouvelle Ibiza Cupra, mais il est vrai qu'on est très exigeant à l'essai d'une voiture de bonne notoriété sportive. Ainsi, la Cupra a gagné en séduction surtout en version Bocanegra, mais a perdu du punch. A signaler enfin les bruits aérodynamiques importants dans l'habitacle constatés aux allures autoroutières, causés par la rainure entre le haut du pare-brise et le toit entre-baillant des Bocanegra.

Quoiqu'il en soit, l'Ibiza Bocanegra ne manque pas d'intérêt et de charme, même si ses deux versions sportives ont dû arrondir les angles de leurs caractères pour se mettre à l'heure de la respectabilité de l'environnement. Mais pour disposer du museau noir, il en coûte 870 € pour la FR et 790 € pour la Cupra. L'Ibiza idéale? Une FR Bocanegra sans le toit entre-baillant et avec une boîte mécanique à 6 rapports qui mettrait son prix aux alentours de 18.000 €.

Plus d'infos sur Seat Ibiza Cupra

accueil  |   les annonces  |   actualitÉs  |   services  |   espace pro  |   contact  |   flux rss
Qui sommes nous?