Essais auto | Volkswagen | Volkswagen Polo | Photos Volkswagen Polo 1.6 TDI 75
2009-

VW Polo 1.6 TDI 75

Une puce commercialement savante

La Polo est un cas d’école, l’équivalent de ce que les Anglais appellent un best-seller. La petite Volkswagen, qui fête aujourd’hui sa cinquième génération, et qui est attendue dans le réseau VW pour la rentrée, s’est étoffée, en ayant parallèlement beaucoup mûri. Bien que les motorisations essence reprennent du poil de la bête dans les immatriculations, le diesel possède encore de la poigne dans les carnets de commandes. Dans ce contexte, le 1.6 TDI 75 s’annonce d’ores et déjà comme l’un des piliers de la nouvelle gamme. Avec un prix de départ à 14.490 €.
JPJ, le 29 juillet 2009

VW Polo 1.6 TDI 75
3,97 m de long pour la nouvelle Polo

Amsterdam – En vérité, la Polo n’est plus la toute petite voiture qu’elle était à ses débuts. De citadine autrefois, elle devient cette année une mini routière à part entière dont les caractéristiques dynamiques semblent vouloir se prêter à une utilisation réellement mixte. Elle a grandi et pris du coffre jusqu’à atteindre 3,970 m en longueur (+ 54 mm), et 1,682 m en largeur (+ 32 mm). En ce qui concerne les bagages, elle nous propose un volume utile à double fond qui selon, la configuration des sièges, va de 280 dm3 à 952 dm3.

En affichant de telles dimensions, on voit bien que la Polo surclasse désormais aisément toute la ribambelle des berlines « de poche » parmi lesquelles on reconnaît les Citroën C1, les Peugeot 107, Renault Twingo et Toyota Aygo. Celle qui a forgé sa réputation comme la fourmi automobile besogneuse des années 80, prend en 2009 des allures de puce voyageuse, et qui mieux est, de puce animée par de grandes ambitions commerciales. Dans ces conditions, le nouveau moteur 1.6 TDI 75 est bien placé pour hériter d’un rôle commercial de premier ordre dans la carrière ressourcée de ce modèle attachant.

Une Polo toujours aussi consciencieuse

VW Polo 1.6 TDI 75
Une ligne sobre et bien équilibrée

On fermerait les yeux en palpant la voiture pour tenter de déterminer ses origines qu’on devinerait assez facilement qu’elle est allemande. Il suffirait d’entrouvrir ensuite les paupières pour s’en convaincre. La qualité de fabrication correspond, au millimètre, et jusqu’au fond du détail, à ce que la marque Volkswagen nous a toujours habitués. Quasiment du cousu main, avec en prime une garantie de solidité dans le temps qui échappe pour ainsi dire à toute critique. Les différentes commandes sont claires et bien disposées, le conducteur trouvera instinctivement et naturellement ses marques. Les passagers, quant à eux, s’accommoderont de l’aménagement et des rangements. Ils ne se sentiront pas enfermés et serrés dans une boîte sur roulettes de petite taille. Sans être immensément spacieuse, la voiture offre un cadre de vie décent, même dans la perspective d’un kilométrage marathon.

Une ambiance toujours austère

VW Polo 1.6 TDI 75
Un poste de conduite fonctionnel mais austère

Ce bon côté des choses a néanmoins son revers en matière d’agrément. L’atmosphère intérieure manque de cette miette de gaieté et de décontraction dont la plupart des berlines modernes se flattent. L’ambiance Polo, il faut bien le dire, est un peu tristounette. Les profils d’équipement suggérés par le catalogue manquent par ailleurs de cohérence. L’absence d’autoradio et de climatisation sur le premier niveau de finition « Trendline » laisse présager d’un succès assez frileux de ce standard auprès des foules. Certains y verront une invitation presque forcée à introduire le « Pack Access » à 690 € dans les négociations d’achat du véhicule. Ce n’est qu’à partir des versions « Confortline » et « Sportline » que la Polo se montre sincère et convaincante.

La rampe commune à l’honneur

VW Polo 1.6 TDI 75
Un coffre évolutif de 280 à 952 dm3

Sept mécaniques en tout pour ouvrir le bal, dont cinq motorisations inédites au catalogue, les regards se tournent immédiatement vers les trois TDI qui, pour l’occasion, ont fait un trait sur le passé. Car, oui, c’en est fini des injecteurs pompe, l’alimentation de type « rampe commune » ayant pris du service pour le plus grand bien du silence à bord et de la douceur de fonctionnement. Dans cette famille, le 1.6 TDI 75, équipé en série comme les autres TDI d’un filtre à particules, se présente comme une petite pointure, sobre, économe également sur les rejets d’échappement, mais suffisamment musclé pour entraîner la voiture à bon rythme. Si les accélérations ne collent pas aux sièges, on flirte cependant assez rapidement avec la vitesse de croisière. Sur les autoroutes, l’engin n’est pas gêné pour se glisser dans le flot de la circulation.

Franche sur ses appuis

VW Polo 1.6 TDI 75
Une tenue de route sans problème

C’est sur les routes de la Hollande profonde, au nord d’Amsterdam, que la Polo nouvelle vague s’est employée à nous convaincre de ses progrès techniques. A défaut d’une sévérité impitoyable, le parcours a toutefois permis de mettre en valeur les qualités du châssis. Montée sur une plateforme dernier cri, fière de ses trains avant et arrière inédits, la voiture s’est montrée docile, franche sur ses appuis, mobile en virage, et dans l’ensemble gentiment confortable, même sur les quelques méchants petits pavés rencontrés au hasard de l’itinéraire le long des polders. Cela étant, malgré son évidente stabilité de comportement, la Polo n’a droit à l’ESP qu’à partir de moteurs bénéficiant d’une puissance égale ou supérieure à 85 ch.

 

En attendant la BlueMotion

VW Polo 1.6 TDI 75
Une petite familiale abordable

Au reste, la Polo 1.6 TDI 75, respectivement commercialisée 14.490 €, 15.890 € et 17.490 € au gré des finitions en trois portes, avec un supplément de 600 € pour avoir droit à cinq portes, cherche à démontrer sa bonne volonté sur le marché. Bien que les prix apparaissent, sur le papier, compétitifs en regard de ceux pratiqués par la concurrence, ils ne placent pas pour autant le véhicule au rang des modèles bradés. Nous terminerons en soulignant l’ambition du programme. Volkswagen nous annonce sous peu, c'est-à-dire en 2010, une Polo « BlueMotion », réalisée à partir du 1.6 TDI 90, avec des rapports de boîte allongés, affinée en électronique moteur et en aérodynamique, nantie d’un système « Start and Stop », dont la consommation mixte s’établit à 3,6 l/100 km. Une future 1.2 TDI 75 « BlueMotion » devrait faire encore mieux... On trouve également dans les cartons décidément bien remplis de VW une Polo GTI et une Cross Polo. Parallèlement, la disponibilité prochaine de la boîte de vitesse DSG à 7 rapports sur les versions essence 1.4 85 et 1.2 TSI 105, ainsi que sur la 1.6 TDI 90, focalise l’attention.

Plus d'infos sur Volkswagen Polo

accueil  |   les annonces  |   actualitÉs  |   services  |   espace pro  |   contact  |   flux rss
Qui sommes nous?